L'histoire de l'association

AVICENN, Association de veille et d'information civique sur les enjeux des nanosciences et des nanotechnologies association d'intérêt général, exerce une veille citoyenne et propose une information transversale et indépendante sur les enjeux sociétaux soulevés par les nanotechnologies. Elle agit pour davantage de transparence et de vigilance dans le domaine nano.

  • photo du club

Nos valeurs

Notre site http://veillenanos.fr propose des documents d’information produits par l'équipe d'AVICENN : articles d’actualité, fiches synthétiques, agenda des événements nano - régulièrement mis à jour et complétés - ainsi que des alertes, informations et lettres pour nos abonnés.
D'autres informations sont réservées à nos adhérents et membres associés (archives, comptes rendus de réunions et groupes de travail notamment).

Nous ne cherchons pas à nous inscrire dans le débat comme le contempteur ou le défenseur des nanos, mais plus prosaïquement, comme le "poil à gratter" qui défend le droit de tout citoyen à être informé afin de pouvoir prendre part aux débats et décisions.

- Répondre à un besoin d’information citoyenne


Selon le sondage La Recherche et Le Monde sur "Les Français et la science en 2012", 59% de Français interrogés ont le sentiment de mal comprendre les enjeux des nanotechnologies et les débats qu'elles peuvent susciter.
De prime abord, les nanotechnologies et nanosciences, du fait de leur dénomination, peuvent paraître peu propices à intéresser ceux qui ne sont pas familiers avec les champs scientifiques et techniques. Pourtant la recherche, la commercialisation et l'utilisation d’objets de taille nanométrique (ou de produits en contenant) posent de multiples questions non techniques - d'ordre sanitaire, environnemental, scientifique, économique, éthique et politique.

Des structures publiques, associatives ou industrielles fournissent certes des informations et des "expertises" sur les nanos. Mais ces dernières restent éparses, souvent difficiles à comprendre pour le non spécialiste, ou n’abordent qu'un aspect particulier du débat. L’appropriation de ces questions par les citoyens et la société civile reste donc aujourd'hui très limitée. Alors que des milliers de produits sont déjà fabriqués et commercialisés, des travailleurs et des consommateurs sont exposés aux nanomatériaux, peu de personnes en ont conscience, d'où la faible mobilisation de la société civile sur ce sujet.

Une veille citoyenne sur les différents enjeux soulevés par les nanotechnologies permettant à tous d’accéder à une information transversale, lisible et indépendante est donc nécessaire.
 

- Obtenir une plus grande transparence et démocratisation du domaine des nanotechnologies


En 2009-2010, le débat public national sur les nanotechnologies organisé en France a mis à jour le besoin de transparence et de démocratisation concernant les nanotechnologies et nanomatériaux.
Dans ce but, nous souhaitons rendre effective la mise à disposition des éléments qui ont conduit, ou conduiront, aux choix relatifs aux orientations et aux financements de la recherche, au développement et à la commercialisation des nanotechnologies / nanomatériaux.
Nous cherchons également à faciliter le repérage des lieux où sont effectués les choix importants dans ce domaine.
 

- Permettre à la société civile de prendre part aux choix concernant les nanos


Tous les acteurs n’ont pas les mêmes moyens pour influencer les processus de décision. Industriels, chercheurs et, dans une moindre mesure, administrations publiques disposent d'informations qui ne sont pas toujours connues des associations ni des citoyens - parfois même des élus !
Afin que les décisions ne soient pas confisquées aux citoyens, aux associations et aux élus, nous cherchons à leur fournir les outils nécessaires à la compréhension des enjeux à la clé afin qu'ils puissent, s'ils le souhaitent, prendre part aux débats, peser sur les décisions qui sont prises, et agir en connaissance de cause.
Pour contribuer à faire monter en compétence la société civile, nous informons prioritairement et de façon ciblée et adaptée à leurs champs d'action les collectifs de citoyens, syndicats, associations de protection de l'environnement, de la santé, des consommateurs ou des libertés publiques.
 

- Favoriser le développement d'une vigilance collective par l'ensemble des acteurs concernés


Nous cherchons à favoriser le développement d'une vigilance collective par l'ensemble des acteurs concernés, qui intègre la dimension humaine et partenariale nécessaire à une protection effective de la santé, de l'environnement et des libertés.
Trop souvent en effet, les approches retenues dans le cadre de l'analyse des risques se limitent aux seuls aspects scientifiques et techniques, et focalisent leur attention sur les seuls "nano-objets" au détriment d'autres considérations pourtant essentielles (comme la qualité et le partage des informations, les intérêts et valeurs des différents acteurs - dont le grand public, ou encore l'impact des usages de masse).

Notre travail de veille, d'analyse, de synthèse et de mutualisation permet à chacun d'économiser du temps et de réinvestir le temps gagné dans le cadre de leur domaine d'intervention - protection de la santé, de l'environnement, des libertés publiques notamment - avec une meilleure compréhension et prise en compte des logiques des autres acteurs, et au final une meilleure efficacité collective.

Nos projets

- La veille d'informations


Sur notre site http://veillenanos.fr et nos réseaux sociaux (twitter, facebook et scoopit), nous listons et regroupons de façon thématique une partie des documents et articles que nous repérons sur le web dédiés aux enjeux sanitaires, environnementaux, économiques, politiques et éthiques soulevés par les nanotechnologies.

  •  

Notre veille s'alimente aussi des renseignements que nous fournissent nos "veilleurs", des personnes ressources qui nous signalent des informations, accompagnées ou non de leur propre éclairage ou analyse.
 

- Le questionnement


Nous sommes amenés à questionner les acteurs des nanotechnologies (entreprises, instances de normalisation, administrations publiques, élus) en vue d’obtenir des compléments d'informations ou des éclairages sur ce qui peut nous sembler complexe, opaque ou confus.
Nous souhaitons développer la conduite d'investigations plus substantielles sur les aspects qui nous semblent devoir faire l'objet d'un examen citoyen plus approfondi.
 

- L'analyse, la production et la diffusion d'informations


A partir des informations collectées dans le cadre de notre veille, nous proposons nos propres informations et analyses à travers le site http://veillenanos.fr, les lettres électroniques périodiques VeilleNanos et notre participation à des conférences et actions de sensibilisation.

Nous produisons ainsi des articles d'actualité et des fiches et dossiers synthétiques, libres d’accès, éclairant les convergences et les points de controverses afin de mettre en lumière les logiques des différents acteurs, leurs intérêts, les négociations à l'oeuvre et les arbitrages réalisés.
 

- L'alerte et la mise en relation des acteurs concernés


Nos activités de veille, d'information, d'investigation nous amènent à jouer également un rôle d'alerte, de relais ou de mise en relation entre les différents acteurs afin de favoriser le développement d'une veille et d'une information pluraliste et la collaboration entre l'ensemble des acteurs concernés.
Nous participons à des rencontres avec les acteurs des nanotechnologies afin de :

  • rendre compte auprès des ONG des informations qui y ont été fournies et des échanges qui s'y sont déroulés
  • rendre audibles aux experts et décideurs les questions des citoyens et de la société civile

Ces rencontres peuvent être ponctuelles ou récurrentes (comme dans le cadre du Comité de dialogue "Nanomatériaux et Santé" de l'ANSES auquel nous participons).


Les faits marquants de notre histoire

2019
  • Influence atlantique 29 mai
    La suspension française du E171 est approuvée jusqu'aux USA par des chercheurs interviewés par The Guardian eux aussi inquiets des effets sanitaires induits par les nanoparticules dans l'alimentation.
  • De la vigilance à l'action publique 17 avril
    C'est désormais officiel : l’additif E171, qui contient des nanoparticules de dioxyde de titane, sera interdit dans les denrées alimentaires à partir du 1er janvier 2020.
2018
  • Avicenn veille, les ONG se mobilisent encore 24 décembre
    Dans une tribune publiée dans Le Monde de ce jour, 22 organisations interpellent le ministre Bruno Le Maire, pour qu’il rende effective au plus vite la suspension de l’additif alimentaire E171
  • Les ONG sont entendues 15 février
    La France demande à l'Europe la suspension de la mise sur le marché et de l'utilisation du dioxyde de titane en tant qu'additif alimentaire (E171) d'origine européenne et la suspension des importations depuis des pays tiers.
2017
  • Les ONG utilisent nos travaux 12 juillet
    8 ONG demandent formellement au gouvernement le retrait du E171
2016
  • Le livre 10 février
    Avicenn publie le livre "Nanomatériaux et risques pour la santé et l'environnement - Soyons vigilants !"
2015
  • Vigilance nano pour l'additif E171 10 décembre
    Avicenn compile et relaie onze recommandations de la société civile sur les nanos parmi lesquelles l'interdiction du E171
2013
  • Un premier pas 13 juin
    Avicenn présente son Dossier Nano et Alimentation dans le cadre du comité de dialogue nano de l'ANSES
2010
  • création d'Avicenn 23 décembre
    La préfiguration 2008-2009 a précédé le déroulement du débat public 2009-2010, qui était réclamé depuis le Grenelle de l'Environnement. En 2010 et 2011, Avicenn lance http://veillenanos.fr et informe les ONG et les pouvoirs publics sur les nanos.